Que sont les « zones chaudes » d’une page web ? Tout simplement celles auxquelles Google apporte une attention toute particulière. Il est donc bon de les optimiser… c’est-à-dire d’y glisser des mots clés importants, notamment ceux sur lesquels vous souhaitez que votre page apparaisse dans les résultats de recherche.

Concrètement, il est indispensable de prêter une attention particulière à sept « zones chaudes » :

  • La balise Title
  • Le H1
  • Les H2 (et autres niveaux de titre)
  • l’URL
  • La métadescription
  • Les titres et « alt » des images
  • Les balises de mise en forme type « strong »

Arrêtons-nous successivement sur chacune de ces zones.

La balise Title (ou « meta title » ou « métatitre »)

Elle est ce titre bleu dans les résultats de Google… et ce petit texte qui apparaît quand vous passez le curseur de votre souris sur l’onglet de la page.

Elle est à un moteur de recherche ce que le titre d’un livre est à un lecteur. En d’autres termes, elle annonce « Voilà de quoi parle cette page ». Dans le code source, vous la trouvez dans la partie « head » ; elle se présente ainsi : <title>leTitreDeMaPage</title>. Dans des CMS comme WordPress ou Prestashop, vous pouvez généralement la remplir directement dans la page sur laquelle vous travaillez, ou dans l’espace dédié aux optimisations SEO.

Il est important de ne pas la négliger et d’y placer le ou les mots clés principaux de votre page. Par exemple, si votre page concerne les candélabres du dix-septième siècle (pourquoi pas après tout…), vous devez mettre tous ses mots dans votre balise title.

Attention : ne dépassez pas 70 caractères, et choisissez judicieusement vos mots-clés (inutile par ailleurs de la « bourrer » de mots-clés, Google n’apprécierait pas du tout…).

Le H1

C’est un peu l’autre titre de votre page, que Google prend également en compte. Il s’insère dans le contenu de la page. Dans le code source, vous le trouvez ainsi présenté : <h1>monTitre</h1>. Comme pour la balise title, il faut y placer tous vos mots importants… mais dans la mesure du possible, évitez de copier exactement le contenu. Variez tout simplement un peu votre formulation. C’est relativement simple, puisque le H1 peut contenir une dizaine de mots.

Dans WordPress, Prestashop, ou un autre CMS, vous pouvez le remplir directement dans votre page, grâce à la barre des options de mise en forme.

Les H2 et autres niveaux de titre

On vous a partlé du H1… mais il existe d’autres niveaux de titre : H2, H3, H4… jusqu’à 6 en fait. Dans le code, vous les trouvez sans surprise entre les balise de type <h2>monSousTitre</h2>. Ils s’insèrent également dans le contenu et peuvent être utilisés comme des sous-titres (ou titres de paragraphe). Attention, il faut évidemment le faire de manière logique : n’utilisez pas de H3 s’il n’y a pas de H2 avant.

Y placez-vous vos mots-clés principaux ? Non. Cela commencerait à devenir redondant et à ressembler à de la suroptimisation ou du keyword stuffing. Préférez des mots-clés secondaires. Si votre page parle de « voiture pas cher », vos H2 et H3 doivent contenir des expressions en rapport avec ce sujet : « pièce automobile », « contrôle technique »…

L’URL

Facile ! C’est en quelque sorte l’adresse de la page, que l’on trouve dans la barre du navigateur. Vous la réglez très facilement dans votre CMS… et si elle n’est plus aussi importante qu’atrefois, il ne coûte rien d’y placer vos mots-clés principaux.

La métadescription

Si si, vous savez ce que c’est… Il s’agit de ce texte court qui apparaît en noir sous les liens bleus et l’URL verte dans les résultats de Google. C’est une description courte de ce que vous allez trouver dans la page.

Là, on n’est plus tout à fait dans le domaine du SEO, car Google ne prend pas en compte la métadescription. Toutefois, l’internaute, lui, la verra… et elle pourra lui donner envie de cliquer ou non ! Charge à vous de l’utiliser commercialement, pour « taper dans l’oeil » de celui ou celle qui a fait la recherche.

La metadescription se règle très facilement dans le CMS que vous utilisez, généralement dans la partie d’optimisation SEO, ou sur la page elle-même.

Les titres et « alt » des images

Eh oui, les images ont un titre et un titre alternatif (ou « alt ») : ça compte aussi pour le référencement et ça vous permettra même de positionner vos images dans Google, ce qui est un autre moyen de faire connaître son site. Les titres et les « alt » se gère soit depuis la page après l’insertion de l’image voulue, soit depuis la bibliothèque des médias. Ne les négligez pas, c’est important… et décrivez avec soin le contenu de l’image.

Attention : ne confondez pas ces titres avec la légende de l’image qui, elle, apparaît directement à l’écran, et peut également être remplie si cela vous semble utile.

Les balises de mise en forme

Enfin, pensez à utiliser toutes ces balises de mise en forme qui aide les moteurs de recherche à comprendre ce qui est important dans votre page : les italiques (em), le gras (strong), la citation, les listes à puce pour les énumérations. Cela contribue à faire monter votre page dans les résultats de recherche… et rend la lecture plus agréable pour l’internaute. Double emploi donc !

… ou bien, au lieu de tout cela, faites encore plus simple : confiez le référencement de votre site à iOnweb et nous nous occupons de tout 😉